Vous voyez quelque chose que vous aimez?

Appuyez sur le coeur affiché sur les évènements ou produits dérivés pour les voir ici.

Aucun évènement ne vous fait vibrer ?
Votre panier est vide pour le moment.

Vous pouvez ajouter des billets pour des concerts, des matchs de football, des expositions et plus encore!

MILES DAVIS - Kind Of Blue

Kind of Blue

Vendeur: VinyleClub
Livraison sous 3 à 5 jours en France métropolitaine
15,00€ TTC
Référence: 130-0

Quantité

MILES DAVIS - Kind Of Blue

La description

Kind of Blue… c’est à peu près mon humeur au moment où j’entame l’écriture de cette chronique du monument Miles Davis, quelques heures après l’annonce du décès de Prince. C’est bizarre d’écrire sur tous ces morts, parce qu’on a l’impression de si bien les connaître, et de beaucoup les aimer.

Miles et Prince se vouaient d’ailleurs un respect mutuel compréhensible. Miles disait de Prince au piano qu’il était le Duke Ellington des 80’s. Et Prince avait envoyé à Miles une démo « Can I play with you? », sur laquelle ce dernier posa quelques notes de trompette bien senties.

Parce que Miles Davis c’est ça : juste quelque notes de trompette bien senties. Toujours moins de notes, plus d’air, loin les fleuves de gammes au tempo très rapide de l’époque Bebop. « La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu’encadrer ce silence » dixit Miles. Aisé à comprendre, poétique, pas facile à faire. Le « Sorcier » disait lui-même qu’il fallait une vie pour apprendre à jouer comme on est vraiment.

Quand il enregistre Kind of Blue en 1959, à New York, Miles est déjà une star. Comme Louis Armstrong, il est de cette espèce rare des musiciens noirs à s’être faite acceptée par l’Amérique blanche. Mais à la différence de son aîné, Miles prend fait et cause pour la cause black. Et il consomme beaucoup de drogues. Et il est bôgosse ! Il a même remporté le trophée de l’homme le mieux habillé de l’année du mensuel GQ dans les 60’s. En France c’est la BO du film de Louis Malle « Ascenseur pour l’échafaud » qui le fait connaître en 1957.

Au Vinyle Club on l’a découvert grâce à papa, à un prof de guitare… L’an dernier nous vous avions envoyé Ella & Louis dans la box Vinyle Club, mais nous n’avions pas encore sélectionné d’album de jazz instrumental. Pas facile… mais Kind of Blue s’est imposé comme une évidence pour trois raisons.

D’abord parce qu’il est très accessible : vous pouvez l’écouter au bureau ou en faisant l’amour, ou le ménage, ou du ping-pong.

Ensuite parce que cet enregistrement réunit quelques-uns des plus grands jazzmen du 20e siècle (voir « L’ANECDOTE »). Kind of Blue est considéré par de nombreux critiques comme le chef-d’œuvre de Miles Davis, et l’un des plus grands albums de tous les temps.

Enfin parce que cette perle a révolutionné le Jazz, et le « Sorcier » dans son exploration de la modalité, n’y est pas pour rien. Un peu de théorie pour comprendre : le Jazz modal est un courant inspiré des musiques orientales (indiennes par exemple) qui utilise les « modes » (une gamme pour chaque accord du morceau), par opposition à la musique tonale (une gamme par tonalité, donc en général pour tout un morceau), plus occidentale.

Le Jazz modal se caractérise aussi par un certain minimalisme harmonique : seulement deux ou trois, voire quatre accords sur un morceau. So What (1er titre de l’album et expression favorite de Miles) en est le parfait exemple avec ses 2 accords en boucle pendant 9 minutes. Il offre à l’improvisateur une grande liberté d’expression, et permet un jeu « out » si particulier. Jouer « out » c’est jouer faux, à dessein, pour provoquer des émotions particulières chez l’auditeur : de la tension (qu’on s’attachera à résoudre quelques mesures plus tard, de façon orgasmique), des couleurs inattendues, comme dans une peinture (Miles est surnommé le Picasso du Jazz), ou des voyages mentaux proches des périples en psychotropes.

« Quand on travaille de façon modale, le défi, c’est de voir quelle inventivité on peut avoir alors sur le plan mélodique. Ce n’est pas comme quand on s’appuie sur des accords, quand on sait, au bout de trente-deux mesures, que les accords sont terminés, qu’il n’y a rien d’autre à faire qu’à se répéter avec des variantes. Je m’écartais de ce système, j’allais vers des approches plus mélodiques et l’approche modale me semblait plus riche de possibilités. » (Miles Davis / Autobiographie)

Si vous vous intéressez à ce personnage mythique du XXe siècle, sémillant, au caractère ombrageux, son autobiographie est un must-read. Et Miles de conclure, avec la plus belle leçon de musique qui soit : « Pourquoi jouer beaucoup de notes quand il suffit de jouer les plus belles ? »

MILES DAVIS - Kind Of Blue

Notes et Avis

  • 0

Évaluer ce produit

Partagez votre avis avec les autres PULSERS. Les avis sont sujets à approbation.

Commentaires client (0)

Ajouter et Payer